L'équipe du Site de la Sneaker s'est rendue à Madrid pour l'inauguration de la nouvelle boutique Foot District et en a profité pour poser quelques questions à son créateur, Diego Martinez.

Foot District a débuté son activité en ligne en 2012 avant d'ouvrir un premier shop à Madrid l'an dernier. Le succès semble être au rendez-vous puisque les proprios ont décidé d'en ouvrir une nouvelle avec un concept très fort. Du sol au plafond, tout a été pensé en référence à l'esprit de Foot District. Découvrez la boutique Foot District et l'interview de Diego dans la vidéo ci-dessus ou dans la transcription plus bas.

Bonjour Diego, peux-tu présenter Foot District à nos lecteurs ?
Je suis Diego de Foot District, On vient d’ouvrir une boutique à Madrid avec un concept différent et unique qui représente notre vision d’un quartier et du monde de la sneakers aujourd'hui. Dans la boutique on a représenté ce qu’est un district pour nous. Un quartier unique. Disons que tout est née d’une entreprise digitale. On a cherché la connexion entre le monde physique et digital en utilisant la 3D. On a imaginé que la boutique, le quartier est imprimé par une machine d’impression 3D. Dans la première salle on a dessiné « plan » urbain avec 300 cubes qui vont du début de la boutique jusqu'à la fin pour représenter les 3 dimensions, et dans la seconde salle on a imaginé le district en 2 dimensions avec des éléments rappelant à un district mais avec une touche premium: par exemple la porte, les briques en acier... De plus, le charme vient de la salle Jordan. C'est un hommage au plus grand sportif de l’histoire. Par ce que l’on peut faire une boutique mais à la base tout vient du sport, du coup cela représente l’union des deux. Dans la salle Jordan on voulez rendre un hommage commun à la légende Jordan et au basket en réunissant les deux.
Qu'est-ce qui t'as donné l'envie d'ouvrir ton propre shop ?
Je suis rentré d’Angleterre en 2012 ou je vivais à Londres depuis plusieurs années « y me quede engachado » du monde de la sneakers et de la quantité de « rollot » sneakers qu’il y avait là-bas. du coup en rentrant en Espagne j’ai commencé à acheter des chaussures et à les réunir mais il y avait peu d’endroit ou les acheter en Espagne. Du coup j’ai vu qu’il y avait l’opportunité de démarrer une affaire et j’ai ouvert une boutique en ligne. On a démarré en 2012 avec une boutique en ligne et il y a 1 ans une boutique physique jusqu’à aujourd’hui avec l’ouverture de cette nouvelle boutique.
¡No existen fotos con esas IDs o la entrada 11 no tiene ninguna imagen adjunta!

Quel conseil donnerais-tu à un sneakerhead qui souhaiterait ouvrir sa boutique ?
Le principal conseil que je donnerai à quelqu’un qui veut ouvrir une boutique de chaussure, c’est qu'il n’est pas seulement important de connaitre le domaine mais aussi de savoir comment monter une entreprise, posséder une équipe complémentaire. Avec des personnes pouvant gérer le budget, le marketing... En résumé il faut s’entourer de gens qui connaissent non seulement les sneakers mais pas que, afin d'avoir une équipe complémentaire et équilibrée.

Madrid est en train de se transformer en l'une des grandes villes d’Europe du secteur. Diego Martinez

Te considères-tu comme un sneakerhead ?
Je n’aime pas beaucoup l’étiquette de sneakerhead mais je peux dire que je suis passionné par ce monde depuis que je suis petit. Ca ne me dérange pas que l’on m’étiquette comme un sneakerhead mais je ne l’utiliserais pas pour me définir, mais si on dit comme ça, c’est ce que je suis il n’y a pas de soucis !
Combien de paires possèdes-tu dans ta collection ?
100-150, quelque chose comme ça, mais je ne les compte pas. Je n'ai pas cette sensation de ... Je ne me considère pas comme un collectionneur car... Ca me dérange de me voir comme un collectionneur quand certains possèdent d'incroyables collections. Mais si l'on parle de passion oui j’ai une vraie passion pour les chaussures.
¡No existen fotos con esas IDs o la entrada 11 no tiene ninguna imagen adjunta!

Quel est ton modèle favori et pourquoi ?
Ma silhouette favorite est sans hésitation la Air Max 1. C’est le premier modèle que j’ai eu, la première que j’ai en mémoire. celle la et la Huarache parce que ce sont celles dont je me souvient en premier, mon père me disant prend c’est pour toi mon fils. C’était facile.
Comment décrirais-tu la scène sneakers à Madrid ?
Je pense que l’industrie sneakers à Madrid est en pleine expansion. Il y a des boutiques très influentes, suivies par une grande communauté derrière avec l’envie de faire des choses comme l’événement Da Shape dont on parle beaucoup. Je pense qu’il y a énormément de monde avec l’envie de faire beaucoup de choses dans cette ville. Je pense en toute humilité que Madrid est en train de se transformer en l'une des grandes ville d’Europe du secteur et qu’elle va le devenir.